Contact Les formations Lexique


Conférence "entreprendre autrement", du mardi 30 novembre (14h-17h) à la CUB

Décembre 2010

Dans le cadre du Mois de l’économie sociale et solidaire en Aquitaine, la CUB a organisé un temps d’échanges sur le thème de l’entrepreunariat social et solidaire dans notre agglomération. Tous les partenaires ont pu mettre en avant la chaîne et la coopération dans l’émergence, l’accompagnement technique et financier des projets dans ce domaine. Retour sur l’événement...

Conférence ESS - CUB

PDF - 3.2 Mo

Accueil et ouverture par Franck Maurras, maire de Carbon-Blanc et élu CUB délégué à l’économie sociale et solidaire, et par Vincent Paillart, directeur de la CRESS Aquitaine

Franck Maurras : Conférence Entrepenariat - ESS bordeaux

"D’un côté, des entreprises ESS ont des projets de développement « dormants » ou un potentiel de duplication sur d’autres territoires, mais hésitent à passer à l’acte (incertitude, manque de temps, coût d’investissement, pas de porteur de projet…). De l’autre, de plus en plus de candidats à la création d’entreprises sont tentés par « entreprendre autrement » mais n’ont pas de projet précis. Ils sont à la recherche d’idées et sont intéressés par la possibilité d’entreprendre dans un cadre plus sécurisé (appui sur une structure existante, soutien d’entrepreneurs ESS plus expérimentés, modèles économiques validés…). Il est nécessaire de mieux organiser la rencontre entre cette offre et cette demande et de créer les conditions d’une bonne réussite de la greffe « projet / entrepreneur » : c’est pourquoi la CUB a besoin de s’appuyer sur un ensemble d’opérateurs qui assurent un maillage territorial fort, qui développent des solutions novatrices et bien adaptées à l’ESS. La parole sera donc donnée à ce réseau d’acteurs qui pourra vous présenter toute cette offre de services, sa cohérence et l’esprit de coopération entre ces différentes structures !"

14h40 – 16h40 : TABLE RONDE « La Cub et son réseau de partenaires dans l’économie sociale et solidaire : vers une coopération et une complémentarité au service des porteurs de projets »

Faire émerger des initiatives pour répondre aux besoins du territoire, par la Fabrique à Initiatives ATIS – Jérémy Brémaud - à droite Conférence ESS - Entreprendre Autrement 30 novembre 2010

"En matière d’entrepreneuriat social et solidaire, ce sont bien plus souvent les acteurs des territoires (acteurs associatifs et de l’ESS, représentants des collectivités locales, acteurs économiques, services déconcentrés,…) qui identifient les besoins, les opportunités de « marchés » ou les services nouveaux à initier. Et le constat dressé par ces acteurs est souvent le même : s’il émerge régulièrement de tels besoins et opportunités pouvant constituer le socle d’initiatives socio-économiques ou d’entreprises sociales viables et pérennes (entreprises d’insertion, entreprises adaptées, services à la personne, initiatives coopératives ou associatives, etc.), ceux-ci se révèlent souvent des « occasions manquées » faute de réponse appropriée et d’acteur dédié à l’étude et à la mise en œuvre de ces idées. Il manque le plus souvent un maillon essentiel dans la chaîne des acteurs et réseaux (réseaux sectoriels de l’ESS tels que ceux de l’IAE ou du mouvement coopératif par exemple) concernés par l’accompagnement à la création d’entreprises d’utilité sociale et / ou environnementale : celui de l’appui à l’émergence de projets, souvent la première marche vers la réponse à des besoins encore insatisfaits ou à des opportunités socio-économiques potentiellement génératrices d’emplois de qualité. La Fabrique à Initiatives, implantée à Pessac en 2010, a vocation à être ce maillon manquant..."

Sécuriser les parcours de créateurs grâce aux couveuses et coopératives d’activité et d’emploi, par Laëtitia Ferrand (directrice Maison de l’Initiative et de l’Entrepreneuriat, qui porte la couveuse Anabase à Bordeaux) :

"Nous nous sommes aperçus au fil des dossiers que nous traitions, qu’il manquait un outil aux porteurs de projets. L’idée était de pouvoir offrir un sas pour permettre aux personnes de tester leur activité librement ".

et par Marie-Josée Daubigeon (gérante Coop’Alpha)

"La proposition des Coopératives d’Activités et d’Emploi® peut simplement être résumée ainsi : plutôt que de créer sa propre entreprise, créer son emploi salarié dans une entreprise coopérative que l’on partage avec d’autres entrepreneurs ayant des compétences et des projets très divers. En construisant collectivement une entreprise partagée forte, les entrepreneurs salariés peuvent s’offrir le droit du travail, une sécurité, une protection sociale, des mutualisations de charges et de compétences, des opportunités d’affaires, des outils financiers, une solidarité auxquels aucun travailleur indépendant ni aucun gérant de micro-société, ni aucun auto-entrepreneur ne pourra jamais prétendre."

Offrir un accompagnement collectif et une formation, par ADIE (dispositif Créa’Jeunes)

Dans les quartiers prioritaires, les expériences menées par le passé ont mis en évidence le potentiel de création d’activités que l’on y trouve, lorsqu’un certain nombre de conditions sont réunies et qui contribue à la revitalisation économique du territoire et à l’insertion de leurs habitants, notamment des jeunes de moins de 30 ans. De plus, une étude commandée par l’ADIE en 2006, a révélé que 50 % des jeunes des quartiers avaient envie de créer leur propre entreprise, c’est-à-dire, leur activité, leur emploi. Ce fut le déclic pour l’ADIE qui a mis en place l’année suivante le programme CréaJeunes pour soutenir les initiatives et permettre à ces jeunes porteurs de projets de bénéficier d’un complément de formation en plus du micro-crédit accordé par l’ADIE. Evenement ESS - Entreprendre autrement - CUB

Proposer un outil de financement adapté aux acteurs de l’ESS, par Aquitaine Active et la CRESS Aquitaine (Mesure 423 du Fonds Social Européen) > CONSTAT : On constate que dans le secteur de l’ESS, sa principale force porte sur sa faculté à pouvoir mobiliser un grand nombre de personnes qui s’investisse autour d’un projet.

Cette richesse – participation et gouvernance- cache très souvent une insuffisance de moyen financier pour accompagner le projet dans sa phase de création et de développement. Cela s’explique principalement par l’apathie des personnes mobilisées à rechercher un retour sur investissement - à l’inverse d’un actionnaire qui espère récupérer un rendement.

Partant de ce constat, comment une politique publique est elle en capacité d’apporter une réponse. Deux exemples de partenariats, la CRESS - mesure 423 et Aquitaine Active (cf diaporama commun)